Oxfam Trailwalker : mes conseils

En septembre 2019 nous avons eu le plaisir de monter une équipe pour représenter l’Office de Tourisme lors du premier trailwalker organisé par Oxfam au départ de Dieppe, et qui traversait le Terroir de Caux, et la fierté de réussir notre défi en franchissant dans les temps la ligne d’arrivée.

Cette année le trail walker traversera une nouvelle fois largement le territoire, et vous êtes nombreux à vouloir tenter l’aventure et à nous contacter pour avoir des conseils ! Voici donc quelques astuces pour bien vous préparer !

Bien sûr, pour un entraînement optimal je vous conseille de vous inscrire à toutes nos randonnées programmées d’ici le jour J ;-)

Pas d’entraînement 15 jours avant !

Il faut un peu d’entraînement, c’est vrai, mais en ce qui nous concerne, saison touristique oblige, il s’est limité aux randonnées que nous organisons chaque semaine en été, ce qui représentait une vingtaine de kilomètres par semaine maximum et un entrainement de nuit 15 jours avant le jour J sur 20 kilomètres pour s’essayer à la marche de nuit, et connaître le rythme de référence de l’équipe. D'ailleurs RDV le 19 juin pour notre rando noctune sur le GR 212, l'entraînement idéal pour tester la randonnée de nuit !  Mais surtout, évitez les entraînements de dernière minute, no stress !

Prenez soin de vos pieds !

En amont et pendant le trail, il est impératif de prendre soin de vos pieds ! Pas question d’acheter de nouvelles chaussures la veille ! De toute façon, il faut en prévoir plusieurs paires. Les chaussures de randonnée que j’avais aux pieds pour démarrer ont été confortables un temps, mais assez lourdes à porter sur une telle distance, je les ai donc troquées contre mes bonnes vieilles baskets au bout d’une trentaine de kilomètres, avec une bonne sensation de légèreté à la clé ! D’ailleurs avec le recul je ne reprendrais pas mes chausses de rando, trop lourdes, mais plutôt des baskets de rando, et / ou des chaussures de trail, bien plus légères. De toute façon il faudra alterner les chaussures ! Pareil pour les chaussettes, de bonnes paires spéciales rando, ou deux paires l’une sur l’autre pour éviter un maximum les frottements sont conseillées, en alternant aussi ne serait-ce que pour la transpiration !
Prévoyez une crème anti frottements pour masser vos pieds entre deux étapes. Il en existe même qui permettent de se préparer en durcissant un peu la peau pour éviter les ampoules (avec une application régulière dès un mois avant !).

Malheureusement je crois que les ampoules sont inévitables ! C’est ce qui a ralenti notre moyenne à la fin du parcours… Bien entendu, les pansements pour ampoules sont de rigueur si vous ne voulez pas (trop) souffrir, ainsi que de quoi désinfecter les ampoules percées ! Nos supporters nous apportaient également une bassine, ce qui nous a permis quelques bains de pieds aux point de ravitaillement, un bon coup de boost pour repartir sur le(s) bon(s) pied(s) après une petite pause !

Bâtons ou pas ?

Je dirais oui ! Nous en avions tous prévu, sans grande conviction, mais pour ma part ayant pris des bâtons de nordique, ils m’ont permis de marcher plus vite sans plus me fatiguer sur les premiers tronçons, utile vue ma taille inférieure à celle de mes camarades ;-) et pour Virginie et Thierry qui n’avaient pas l'habitude des bâtons, ils les ont rapidement adoptés. Si vous le pouvez, prenez-les télescopiques, pour pouvoir les accrocher au sac lorsque vous ne les utilisez pas.

Le balisage

Pas d’inquiétude là-dessus les équipes d’Oxfam et les bénévoles préparent le terrain parfaitement ! Pas de risque de se perdre ! Bon on en a vu rebrousser chemin après s’être perdus, mais avouant tout de même qu’en bavardant ils avaient perdu le fil, donc garder tout de même un œil sur les fanions installés sur le parcours pour guider les participants !

Ne vous chargez pas trop !

Sur le parcours, sincèrement, tout ce dont vous aurez besoin, c’est de l’eau, quelques denrées à grignoter en cas de coup de mou et qu’un membre de l’équipe ait une trousse de premiers secours au cas où. Le reste, ça vous charge le dos pour rien ! Les ravitos sont stratégiquement situés, au maximum tous les 20 kilomètres, vos supporters peuvent vous apporter ce dont vous avez besoin à chaque point d’étape ! Un sac trop lourd tire sur le dos, et se fait rapidement sentir... Bien entendu pour la tombée de la nuit, il faudra récupérer une petite laine, votre gilet jaune et votre lampe frontale, mais cette année la partie de nuit devrait être plus courte et mieux éclairée, car en juillet et une nuit de pleine lune !

Etirez-vous !

Régulièrement sur le parcours nous avons fait de courtes pauses étirements, pour prévenir les courbatures. Bon ça ne les a pas empêchées hein, mais j’ai la certitude que sans il aurait été difficile de se mouvoir le lendemain ! Si vous craignez, au pire, anticipez et posez un RTT le lundi !

Le sommeil 

On nous a beaucoup demandé comment nous avons fait pour ne pas dormir. Je pense que la question du sommeil est propre à chacun, donc à vous de voir ! Evidemment un tel défi repousse les limites du corps, mais j’ai vu beaucoup de monde dormir au gymnase de Bacqueville et à Longueville. Personnellement impossible de fermer l’œil dans une ambiance bruyante. Par contre nous avons découvert qu’il était presque possible de dormir en marchant ! Le tronçon du lever du jour a été le plus difficile pour lutter contre la fermeture de nos paupières…  Plus sérieusement, écoutez-vous, tout simplement !

Concernant les pauses en général, le calculateur fourni par l’organisation donne un bon aperçu des temps de pauses possibles et conseillés sur chaque étape en fonction du rythme de l’équipe. Nous avons finalement posé moins longtemps sur certaines étapes et plus sur d’autres, notamment pour le repas du soir où ça commençait physiquement à piquer !

Profitez !

Nous avons assisté aux abandons de certains, au bout du rouleau et en pleurs à l’idée de ne pas finir le trailwalker. Mais il ne faut pas s’en vouloir, quand le corps dit stop c’est stop ! Vous n’abandonnerez finalement pas votre équipe car une équipe peut finir à 3 et se greffer sur une autre après 2 ou 3 abandons ! Si cela vous arrive pensez tout de même à ce que vous avez accompli, repousser vos limites, participer à une chouette aventure humaine et surtout avoir collecté des dons pour aider les actions humanitaires d’Oxfam, c’est déjà beaucoup non ? Profitez donc de chaque instant sans regret. Et entre nous, si moi je l’ai fait, nombreux sont ceux qui peuvent le faire alors pourquoi pas vous ?

Une dernière chose, malheureusement cette année notre équipe ne sera pas de la partie, démarrage de la pleine saison touristique oblige, mais si vous vous lancez, nous serions ravis d’avoir de vos nouvelles alors n’hésitez pas à taguer #terroirdecaux sur vos photos d’entraînement et de trail sur les réseaux sociaux pour qu’on suive et partage vos aventures !